La Chine à la B.N. - Le Figaro, le 25 janvier 1984

Dans le vestibule de la Bibliothèque nationale des photos provenant de Chine rappellent sur un panneau la signature, à Pékin, il y a vingt ans des accords diplomatiques culturels et scientifiques franco-chinois de janvier 1964. Commémoration qui coïncide en fait avec le tricentenaire du début des collections chinoises à la B.N. Occasion heureuse de présenter, dans le salon d'honneur du rez-de-chaussée pendant trois semaines, une centaine de pièces : xylographes chinois, manuscrits, cartes géographiques, estampes parmi les plus significatives parvenues en Europe dès la fin du XVII è siècle. Se conformant à la coutume des échanges de présents entre souverains, l'empereur de Chine adressait au Roi-Soleil de somptueuses éditions chinoises ou mandchoue. Un inventaire signale en 1697, la présence de quarante-neuf de ces ouvrages entrés dans la bibliothèque du Roi, magnifiquement reliés, sans que personne d'ailleurs de s'avisât de les lire, et pour cause !

Jalousement conservés, ils font désormais l'envie de plusieurs conservateurs des grandes bibliothèques à Shangai ou à Pékin. "La Chine entrevue" montre, parmi d'autres curiosités quelques spécimens des premiers romans populaires, elle rend justice au travail scientifique accompli par les missionnaires français en Chine, pour satisfaire à la curiosité des encyclopédistes.

Ci-contre, Deanna Gao, artiste chinoise, exécute en virtuose quelques exemples de calligraphie, sous l'oeil attentif des sinologues d'un jour invités à "entrevoir" la Chine éternelle. Attention ! Deanna Gao prend ses pinceaux le dimanche après-midi seulement.

V.K.