Deanna Gao, article de Jacques Dubois

Appréhender la forme que l'on cerne d'un trait sensible par quoi elle acquiert relief et vie; l'inscrire dans l'espace qu'elle anime, mais aussi, l'exprimer au niveau du symbole dont elle est la visible incarnation. Alors " deux pivoines épanouies auprès d'un rocher " sauront dire le triomphe de l'été et le célébrer sur un " pas de deux ".

L'oiseau du ciel remerciera le bambou de la terre qui lui prête son perchoir et " deux pies jacassant parmi les saules " se raconteront quelques histoires de rapine. Telle apparaît dans l'esprit et la forme, cette exposition de " Peinture traditionnelle chinoise " que présente Deanna Gao.

Eurasienne, le choix entre deux civilisations, celle de l'Occident ou de l'Extrême-Orient. Deanna a choisi, elle a fait siennes des vérités millénaires, d'immuables certitudes. Ainsi crée-t-elle de merveilleuses images sur les grands thèmes de la Chine éternelle : les métamorphoses de la nature, les gestes du travail, les millénaires légendes. Et tout cela est plus encore que beauté formelle, émouvant de cet amour du monde dont chaque oeuvre témoigne.


Peinture chinoise traditionnelle de Deanna Gao

Une sensibilité au touches délicates et une grande maturité d'expression classent, malgré son jeune âge, Deanna Gao parmi les plus grands de la peinture chinoise traditionnelle. Instinctivement, elle a retrouvé le trait des grands maîtres du XIVè ou du XVè siècle. Une sérénité morale et une palette de teintes rares, précieuses pour s'initier à l'âme chinoise.